Relations TDAH/quotidien #11

Capture d’écran 2016-01-12 à 16.44.41

#11  Impatience: pauvre tolérance à la frustration. Toutes les sortes de frustrations rappellent à l’adulte atteint de TDA/H ses échecs passés. Il se dit « Ah non! Pas encore ça! ». Il se fâche ou se retranche. L’impatience est due au besoin de stimulation et peut amener les autres à voir l’adulte hyperactif comme un immature ou un insatiable.

J’ai une faible tolérance à la frustration, c’est un fait.

J’aime quand on va dans mon sens, j’aime avoir raison, j’aime faire « mon petit général ». Le problème, c’est que je me plante souvent, même quand je suis certaine de quelque chose, tu peux être sûr que je me plante! Alors je suis frustrée, je râle, ça m’énerve!

Je ne suis pas quelqu’un de très patient, disons qu’avec l’âge, j’apprends à me contrôler dans certaines situations. Au travail par exemple, je m’étonne moi-même de mon haut niveau de patience avec les clients alors qu’à côté, je peux devenir limite tyrannique lorsqu’une nouvelle étudiante se pointe. Elle est trop lente, elle ne réfléchit pas assez, bref, ça m’énerve.

Je pense que d’une certaine façon, j’ai tendance à reproduire le comportement de ma maman à mon égard. Elle avait cette tendance à me secouer pour que j’avance, que je sois réactive et que je prenne les choses en main. Son niveau de tolérance était peu élevé aussi.

 

 

Publicités

Relations TDAH/quotidien #10

Capture d’écran 2016-01-12 à 16.36.29

#10  Difficulté à suivre les règles établies. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce critère n’a rien à voir avec des problèmes non-résolus reliés à l’autorité. C’est plutôt une manifestation d’ennui et de frustration: l’ennui de suivre une routine en regard à l’excitation entourant de nouvelles approches et la frustration de ne pas pouvoir faire les choses de la façon dont elles devraient être faites.

Ce critère ne m’inspire pas vraiment. Je pense que je suis plutôt du genre à respecter les règles, pareil lorsque je cuisine, je ne suis pas du genre à y mettre mon grain de sel. A la rigueur, si vraiment je ne respecte pas, c’est surtout parce que j’ai zappé une étape ou que je me suis emmêlée les pinceaux mais pas par frustration ou par ennui.

Au contraire, je pense avoir besoin d’être aiguillée dans la vie, j’aime qu’on me donne une direction à suivre. Enfin, je crois…

 

Relations TDAH/quotidien #9

Capture d’écran 2016-01-09 à 18.35.52

#9  Souvent créatif, intuitif et très intelligent. Cela n’est pas un symptôme mais un trait qui mérite d’être souligné. L’adulte atteint de TDA/H possède souvent un esprit très créatif. Au beau milieu de leur « désorganisation » et de leur distraction, il a des éclairs de génie. Capturer ses moments spéciaux est un des buts du traitement de l’adulte TDA/H.

Comme ma maman le dit souvent, je suis « l’artiste de la famille ». Nous reparlons parfois de cette période de mon adolescence où elle me voyait sortir de ma chambre, déballer mes pastels et mes papiers à dessin et commencer à dessiner en pleine période de blocus. Cette manie chez moi avait le don de la rendre folle, d’inquiétude surtout, car elle ne comprenait pas ce besoin que j’éprouvais de m’enfermer dans une bulle créative pour décompresser. C’est bien des années plus tard qu’elle a admis avoir compris ce besoin.

Plus tard, lorsque je me suis mise en ménage, je suis passée par une période à vide de 7 ans sans toucher un crayon. Le dessin était sorti de ma vie en même temps que mon insouciance d’adolescente. Mais un jour, la machine s’est remise en marche pour ne plus s’arrêter durant plusieurs années. J’ai tenu un blog, qui m’a procuré un plaisir immense. Plus qu’un plaisir, c’était devenu pour moi une nécessité. J’aimais raconter mes histoires de jeune maman au travers de mes dessins et les retours que j’en avais me comblaient.

Mais le dessin ne me suffisait pas et je me suis mise à peindre puis à coudre. Je me sentais prise comme dans un tourbillon de création où tout m’inspirait et rien ne m’arrêtait.

 

 

Relations TDAH/quotidien #7

bored

 

Continuons la série des critères du TDAH et de leur relation avec mon quotidien. (Liste trouvée sur ce site)

Pour lire le début: #1 , #2 , #3 , #4 , #5 , #6

#7 Tendance à être facilement ennuyé. Corrélation avec le numéro 6. L’ennui entoure l’adulte atteint de TDA/H, il est comme un puisard, toujours prêt à drainer son énergie et à le laisser assoiffé de stimulations. Ce critère peut facilement être interprété comme un manque d’intérêt. C’est plutôt une inhabilité à maintenir son intérêt dans le temps. Malgré tout l’intérêt de l’adulte, ses « batteries » tombent à plat rapidement quand il s’agit de concentration.

Comme je le dis souvent: « Ca ne m’amuse plus… », lorsque je fais une activité et la stoppe en plein milieu.

Mais ça peut très bien être aussi en rapport avec une discussion. Si celle-ci ne m’intéresse pas, je suis incapable de rester concentrée dessus. Parfois, je sens ma tête dodeliner comme pour acquiescer mais je sens mon esprit qui virevolte tout autour de moi. Je regarde la personne, mais je ne l’entends plus et il m’arrive même de penser que je dois écouter sinon je ne vais rien retenir mais c’est trop tard, j’ai déjà perdu le fil…

Comme une sensation de se dédoubler. Le corps est présent mais l’esprit a déjà pris son baluchon et s’est barré!

Pour ma part, je ne parlerais même pas de batteries! Chez moi, c’est à plat avant même d’avoir été actionné! ^^

Relations TDAH/quotidien #8

 

cgt-cadres-deconnexion

Continuons la série des critères du TDAH et de leur relation avec mon quotidien. (Liste trouvée sur ce site)

#8  Facilement distrayable, difficulté à focaliser son attention. Tendance à déconnecter, à dériver au beau milieu d’une conversation ou d’une page de livre, souvent associé à une habileté à hyper-focaliser de temps à autre. La « déconnection » est involontaire. Cela arrive quand la personne ne porte pas attention. La première chose que vous savez, c’est que l’adulte atteint de TDA/H « n’est plus là ». L’habilité extraordinaire d’hyper-focaliser est souvent présente, amplifiée par le fait que le syndrome n’est pas un déficit d’attention mais plutôt une attention inconstante.,

A côté de mes pompes, déconnectée. Voilà un état quasi permanent chez moi. Je pense qu’il y a des personnes ou des situations particulières qui activent plus facilement cet état, comme lorsque mon chéri me parle. Il y a comme un déclic instantané qui s’effectue dans mon esprit et en une fraction de seconde, je ne l’entends plus parler.

Cet état de déconnexion a toujours été présent chez moi, ce qui fait beaucoup rire ma maman quand elle en parle maintenant, mais qui n’était pas le cas lorsque j’étais enfant!

A côté de cela, lorsqu’un sujet m’intéresse, ou même lorsqu’un livre m’accroche, plus rien autour de moi n’existe. On peut me parler, danser ou mettre le feu à la maison, mon esprit n’est plus capable de se détacher du sujet. Ce qui parfois peut devenir problématique car j’en viens alors à avoir des accès de colère ou d’agacement lorsqu’on tente de me sortir de ma bulle. Dans ces cas-là, en particulier, la réalité me semble difficile à gérer!

Relations TDAH/quotidien #6

live steam locomotive ajax 004

Pour lire le début: #1 , #2 , #3 , #4 , #5

#6  Une recherche constante d’intenses stimulations. Le patient est à la recherche constante de nouveautés ou de quelque chose qui pourrait s’apparenter à son tourbillon intérieur.

Je n’aime pas me sentir vide. Je n’aime pas quand c’est calme dans mon esprit sinon je m’ennuie. Alors je me mets en quête. Je cherche une nouvelle passion. Parfois, une simple discussion peut servir de déclic. Internet est pour moi un gouffre sans fond où chacune de mes « passions » peut être vécue intensément.

Et les passions s’enchaînent sans avoir réellement l’occasion de s’encrer durablement dans mon esprit. Je m’emballe alors comme une locomotive qui se met à filer à toute vitesse. Il le sait, mon tendre amour, que je ne tiendrai pas la distance. Parfois, il me le dit. Et alors je suis frustrée. Je lui en veux de si bien me cerner.

Relations TDAH/quotidien #5

 

le-bavard

 

Pour lire le début: #1 , #2 , #3 , #4

#5  Tendance à dire ce qui leur vient à l’esprit sans vraiment considérer la pertinence de leur remarque. Ils sont transportés par leur enthousiasme. Ils ont une idée et elle doit être dite.

Bla Bla Bla Bla Bla! C’est à peu près ce que j’entends sortir de ma bouche à longueur de journée! Je m’en rends compte, c’est peut-être ça le pire, mais je ne peux pas m’en empêcher. Dès qu’une idée me passe par l’esprit, j’ai besoin de le dire. Je pense d’ailleurs qu’il n’y a pas de personne plus franche que moi. Je ne saurais pas mentir, voilà d’ailleurs un autre mot qui ne figurerait pas dans mon dictionnaire personnel.

Certains jours, j’ai comme l’impression de vomir mes mots. Il sortent de ma bouche en un flot continu sans que je parvienne à les arrêter. J’aime raconter des histoires, mes histoires. Des anecdotes sans queue ni tête, sans lien entre elles. Mais j’aime raconter. On m’a d’ailleurs dit que j’avais toujours une petite histoire sous le coude. Je m’emploie même à les raconter de façon expressive, histoire de faire mon petit effet.

Et je ne vous dis pas si j’ai un bon public! Comme mon cher et tendre me dit souvent: « Tu fais ton show! ».