Relations TDAH/quotidien #9

Capture d’écran 2016-01-09 à 18.35.52

#9  Souvent créatif, intuitif et très intelligent. Cela n’est pas un symptôme mais un trait qui mérite d’être souligné. L’adulte atteint de TDA/H possède souvent un esprit très créatif. Au beau milieu de leur « désorganisation » et de leur distraction, il a des éclairs de génie. Capturer ses moments spéciaux est un des buts du traitement de l’adulte TDA/H.

Comme ma maman le dit souvent, je suis « l’artiste de la famille ». Nous reparlons parfois de cette période de mon adolescence où elle me voyait sortir de ma chambre, déballer mes pastels et mes papiers à dessin et commencer à dessiner en pleine période de blocus. Cette manie chez moi avait le don de la rendre folle, d’inquiétude surtout, car elle ne comprenait pas ce besoin que j’éprouvais de m’enfermer dans une bulle créative pour décompresser. C’est bien des années plus tard qu’elle a admis avoir compris ce besoin.

Plus tard, lorsque je me suis mise en ménage, je suis passée par une période à vide de 7 ans sans toucher un crayon. Le dessin était sorti de ma vie en même temps que mon insouciance d’adolescente. Mais un jour, la machine s’est remise en marche pour ne plus s’arrêter durant plusieurs années. J’ai tenu un blog, qui m’a procuré un plaisir immense. Plus qu’un plaisir, c’était devenu pour moi une nécessité. J’aimais raconter mes histoires de jeune maman au travers de mes dessins et les retours que j’en avais me comblaient.

Mais le dessin ne me suffisait pas et je me suis mise à peindre puis à coudre. Je me sentais prise comme dans un tourbillon de création où tout m’inspirait et rien ne m’arrêtait.

 

 

Vive le sport!

Course-a-pieds

En mai 2015, j’ai commencé la course à pied. Ca faisait longtemps que je voulais me remettre à un sport mais rien ne me satisfaisait. Mais quand on a passé 30 ans, qu’on a mis au monde un magnifique enfant, votre corps commence à vous rappeler que vous n’avez plus vos 20 ans. Courir après le bus relève très vite du tour de force et s’entendre dire par le chauffeur « Va falloir se mettre au sport! » quand vous avez effectué un 50m et qu’il vous faut 2 minutes pour parvenir à sortir un « bonjour! », vous vous dites que peut-être, par hasard, il serait judicieux de prendre un peu soin de cette enveloppe charnelle qui vous file quand même quelques bons services!

Bref, comme pour la plupart de mes passions, la course à pied est entrée dans ma vie de façon instantanée et sans crier gare. La magie du TDAH?

Je vous passe les détails de mes débuts lamentables sur les pistes mais force est de constater qu’une demi-année est passée et que je me tiens toujours à cette discipline. Et vous savez quoi? Le pire dans cette histoire, c’est que j’adore ça!

Et en réfléchissant un peu au TDAH et aux solutions pour palier à nos nombreux manquements, je me rends compte que le jogging est en fait une activité qui me fait le plus grand bien. De toute façon, ça ferait le plus grand bien à la majorité des gens mais dans mon cas, je sens un vrai bien-être autant physique que mental.

Lorsque je cours, mes pensées se calment. Elles ne sont pas figées ni absentes mais elles passent sans vraiment s’accrocher. Pour avoir un peu pratiqué la méditation, je peux dire que la sensation est assez similaire à ce niveau. Je vois mes pensées passer mais je ne m’y arrête pas et les laisse couler. Une image vient, voyage quelque secondes puis repart. Quand je cours, j’arrive à penser à rien en particulier, je suis incapable de réfléchir. Et ça me fait tellement de bien!

Alors je tente de progresser à mon rythme et aujourd’hui, je suis capable de courir 1h à 1h30 sans difficultés. Vous imaginez 1h30 de calme mental? C’est le pied, je peux vous le dire! On devient vite accro à ces plages de repos. J’essaye tout de même de ne pas exagérer en courant 2 à 3 fois la semaine, histoire de ne pas risquer de me blesser. Ce serait dommage!

Et vous? Faites-vous du sport pour vous vider l’esprit? Qu’en pensez-vous?

Relations TDAH/quotidien #7

bored

 

Continuons la série des critères du TDAH et de leur relation avec mon quotidien. (Liste trouvée sur ce site)

Pour lire le début: #1 , #2 , #3 , #4 , #5 , #6

#7 Tendance à être facilement ennuyé. Corrélation avec le numéro 6. L’ennui entoure l’adulte atteint de TDA/H, il est comme un puisard, toujours prêt à drainer son énergie et à le laisser assoiffé de stimulations. Ce critère peut facilement être interprété comme un manque d’intérêt. C’est plutôt une inhabilité à maintenir son intérêt dans le temps. Malgré tout l’intérêt de l’adulte, ses « batteries » tombent à plat rapidement quand il s’agit de concentration.

Comme je le dis souvent: « Ca ne m’amuse plus… », lorsque je fais une activité et la stoppe en plein milieu.

Mais ça peut très bien être aussi en rapport avec une discussion. Si celle-ci ne m’intéresse pas, je suis incapable de rester concentrée dessus. Parfois, je sens ma tête dodeliner comme pour acquiescer mais je sens mon esprit qui virevolte tout autour de moi. Je regarde la personne, mais je ne l’entends plus et il m’arrive même de penser que je dois écouter sinon je ne vais rien retenir mais c’est trop tard, j’ai déjà perdu le fil…

Comme une sensation de se dédoubler. Le corps est présent mais l’esprit a déjà pris son baluchon et s’est barré!

Pour ma part, je ne parlerais même pas de batteries! Chez moi, c’est à plat avant même d’avoir été actionné! ^^